Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 20:44

On croyait bien faire en achetant –cher- des ampoules à économie d’énergie. Il s’avère que ces mini-usines d’éclairage contiennent des atomes de mercure et émettent de puissants champs électromagnétiques et des radiofréquences.

Ce sont en réalité des tubes fluorescents de dimensions réduites et repliés sur eux-mêmes et émettent outre des champs magnétiques de basses fréquences entre 50 et 500 hertz, des hautes fréquences entre 20 et 60 kilohertz destinés à corriger une lumière papillotante.

La consommation énergétique de ces lampes fluo-compacte (LFC) est effectivement réduite par rapport aux ampoules classiques à incandescence à savoir 15 watts contre 75 watts pour une même luminosité. Mais sur le plan électromagnétique, elles sont beaucoup plus polluantes. Il a été mesuré des radiofréquences harmoniques jusqu’à 200 volts par mètre, alors que la valeur limite en vigueur est de 27 volts par mètre.

Ces ampoules augmentent donc significativement l’électro pollution ambiante. et entraine de facto une diminution de la mélatonine.



La mélatonine est une hormone produite par l’épiphyse, une glande reliée à la rétine et située au centre de la tête, qui possède de multiples propriétés : elle est anticancéreuse, induit le sommeil et régule l’humeur.

Des études ont montré que des taux de mélatonine anormalement faibles peuvent provoquées des maladies graves.

Autres conséquences à court terme : trouble du sommeil, excitabilité, irritabilité et hyperactivité.

Le CRIIREM (Centre de recherche et d’information indépendante sur les Rayonnements Electromagnétiques) recommande une distance de sécurité d’un mètre.

Les ampoules à basse consommation sont à éviter dans les chambres, la cuisine, au salon, sur le lieu de travail, et surtout à coté de la tête, sur les lampes de bureau et de chevet. Il est conseillé d’appliquer le principe de précaution.

Il y va de même pour le traitement des ampoules hors d’usage. Actuellement, la nécessité de les recycler est pratiquement ignorée par la plupart des utilisateurs : il faut les déposer au centre de recyclage (surtout pas avec les ordures ménagères) afin d’éviter toute pollution toxique au mercure.

 

 

L’Association santé environnement patrimoine d’Aspach le Bas vous remercie de votre attention

 

Extraits de l’article d’Annie Lobé. (Journaliste scientifique indépendante)

Partager cet article

Repost 0
Published by ASEP
commenter cet article

commentaires

Aspach-Le-Bas A.s.e.p.

  • : Le blog de L' ASEP
  • : Informations sur la qualité de vie de la commune d'Aspach le Bas
  • Contact